Towers of London - Blood, Sweat & Towers

Publié le par NedLabs

Sortie Juin 2006

Prenez le résultat de l'accouplement - hors mariage, of course - d'un membre des New York Dolls et d'une groupie d'Indochine, avec la participation de la semence des Ramones, et vous obtiendrez le look hasardeux des Towers of London. Avec leur tignasses de chanteurs glam-rock peroxydés, leurs pantalons serrés et leurs converses trouées, on pourrait aussi les prendre pour des Strokes version trashs, mais la première écoute de leur album ne laisse pas longtemps planer le doute... Les Tours de Londres ne sont pas là pour faire dans la dentelle, imposer un nouveau style ou un nouveau son, mais bien pour signer le retour du rock à trois accords. Les riffs sont brutaux, les voix écorchées, les rythmes binaires... Bref musicalement rien de nouveau par rapport aux Ramones, si ce n'est une production incontestablement soignée pour des chansons aussi crasseuses. Et on sent bien vite que l'énergie de ce pamphlet punk n'est pas artificielle, qu'il y a quelque chose d'entraînant dans cet album. Cette même énergie que l'on trouvait sur Nevermind the Bollocks, et qui transformait de petites chansons hargneuses et sales en tubes. C'est ce que l'on ressent à l'écoute de "I'm a Rat", "Kill the Pop Scene" ou "Good Times", oui, ça sent bon le cuir et les épingles à nourrice... Alors même si ce "Blood, Sweat & Towers" est loin d'être un chef d'oeuvre, il a le mérite d'oser renouer avec cette énergie simpliste qui fait en ce moment cruellement défaut dans le rock. Un disque cathartique.

NB: En raison d'un emploi du temps un peu chargé en cette fin d'année universitaire, les rubriques hebdomadaires de Nevermind the blogs ne paraîtront pas cette semaine, et le rythme des chroniques sera un peu allégé. Mais restez en contact!

Publié dans Derniers-nés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

NedLabs 20/06/2006 16:26

Exactement, les Ramones faisant quant à eux office de testicules (la quadri-testiculie, maladie méconnue et pourtant dramatique). Bref, ça sent le scrotum toute cette histoire... ;-)

Systool 20/06/2006 16:07

le "membre" des New York Dolls, c'est une bite, si j'ai bien compris? ;-)SysT